Un coude cassé, malheureusement les accidents ça arrivent.

23 janvier 2013

Il y a peu de bons hôpitaux au Cambodge. Lorsque qu’un accident se produit souvent la première solution est d’amener l’enfant à un clinique locale. Un de nos garçons est tombé de son lit en jouant avec ses amis. Le personnel de l’orphelinat l’a alors emmené à la clinique la plus proche.
Quelques jours plus tard, auand le docteur Laurence bénévole Sreyka Smile était de passage pour visiter cet orphelinat situé à 20 kilomètres du centre-ville, elle a vue à son bras, et savait que quelque chose n’allait pas puisqu’il a été plâtré droit. Quelque chose que vous ne verrez jamais pas dans les pays plus développés. Nous avons découvert que la clinique avait plâtré le garçon sans faire de radio préalablement. Laurence et sa fille Chloé décident alors qu’il n’y a pas de mal à en faire une un fait et ont emmenés le garçons pour faire de radiologie de son bras.

Avec cette image, Laurence s’aperçu que le coude du garçon était sérieusement cassé et qu’il avait probablement besoin d’une opération pour placer des vis dans son bras. Si ce n’est pas fait, il aurait été fort possible que le garçon ne retrouve jamais un usage correct de son bras et sa main droite.
Le lendemain, Stella-Désirée a amené le garçon à Kanta Bopha, dans le meilleur l’hôpital pédiatrique du pays. Le médecin suisse Beat Richner a mis en place cet hôpital en 1993, aujourd’hui ils traitent 85% des enfants cambodgiens, tous les soins médicaux et les médicaments y sont totalement gratuits.

Le garçon a en effet eu une opération, et il est resté 12 jours à Kanta Bopha.

La procédure s’est bien passée, et le garçon est rentré au centre le lundi et y a retrouvé ses amis.

Dans tout juste quelques semaines, le garçon sera de nouveau en mesure de faire un combat de boxe.